Changement lors des contrôles techniques : Filtres à particules usés = carte rouge !

Depuis le 1er juillet, un test pour filtre à particules fines est imposé à toutes les voitures qui doivent passer au contrôle technique en Belgique.
Tous les véhicules de catégories M1 (transport de personne) et N1 (transport de marchandises) dont la norme antipollution est au minimum l’Euro 5 sont concernés par ce test. Les autres types de véhicules feront l’objet d’un contrôle identique dans un futur proche.
Si le filtre de votre véhicule est défectueux ou manquant, c'est la carte rouge donc l'interdiction de rouler et l'obligation de représenter le véhicule après réparation. Pour information, le remplacement d'un filtre à particules coûte entre 1500 et 6500 euros !
Et si on vous disait qu'une solution existe ? Que le remplacement de votre filtre n’est pas obligatoire ? Qu’il est possible de nettoyer ce filtre en profondeur et que c'est économique ET écologique ?
Tech’NC a cette solution ! Notre machine nettoie votre moteur sans l'ouvrir et donc sans altérer la garantie constructeur. Tout ça grâce à l'hydrogène !

TECH’NC ON BOARD

Comment diminuer immédiatement vos coûts ?

Nous fixons, à l’arrière de la cabine du tracteur, une double structure de faible taille en aluminium.  Dans l’une, le module de production d’hydrogène et dans l’autre le réservoir d’eau.

Sans toucher au moteur (et donc sans altérer la garantie du constructeur), le véhicule est équipé en maximum 3 heures, sur rendez-vous. Les effets sont considérables mais surtout immédiats :

  • Diminution de la consommation,
  • Diminution des polluants,
  • Elimination des problèmes de coagulation liée à l’utilisation d’additifs,
  • Entretien permanent de la propreté interne du moteur : siège de soupapes, tête d’injecteurs, élasticité des segments, FAP, catalyseur, vanne EGR, ligne d’échappement…

Une économie financière directe et spectaculaire en carburant (de 4 à 10%) testée sur le terrain et dans des conditions réelles.

Une vraie diminution de votre empreinte écologique et une économie financière énorme supplémentaire due à la fiabilisation des éléments mécaniques en évitant le remplacement inutile de pièces au coût prohibitif !  Un simple exemple : les filtres à particules !

 

Avantages du traitement à l’hydrogène

L'hydrogène complète la combustion et engendre un meilleur rendement du moteur

L'hydrogène décolle les particules de calamine par une vive explosion

L'hydrogène, après sa combustion à très haute température, pyrolyse les suies dans tous les éléments de l'échappement.

$

Meilleur rendement, donc diminution de la consommation de carburant

$

Moins de calamine, c'est moins de frictions et de contraintes mécaniques

$

Le filtre à particules et tout ce qui peut s'encrasser restent propres et augmentent spectaculairement la fiabilité des véhicules

Le gaz d'hydrogène complète la combustion et engendre un meilleur rendement du moteur

$

Meilleur rendement, donc diminution de la consommation de carburant

Le gaz d'hydrogène décolle les particules de calamine par une vive explosion

$

Moins de calamine, c'est moins de frictions et de contraintes mécaniques

Le gaz d'hydrogène, après sa combustion à très haute température, pyrolyse les suies dans tous les éléments de l'échappement.

$

Le filtre à particules (FAP) et tout ce qui peut s'encrasser restent propres et augmentent spectaculairement la fiabilité des véhicules

Parlons chiffres !!

Entrez vos données dans le simulateur :

Consommation en litre par kilomètre
Consommation en litre par heure

 Diminuer votre empreinte écologique … enfin une réalité financière ?

Diesel mieux brûlé, diesel économisé

Quand on a déjà beaucoup fait pour réduire sa consommation, un bond de deux litres en arrière c’est énorme. C’est pourtant ce qui est entrain de se passer chez le transporteur international Ninatrans, grâce à une nouvelle technologie basée sur l’hydrogène commercialisé par TECH’NC.

Le hasard fait parfois bien les choses. C’est au travers de leur passion commune pour les belles automobiles que Benny Smets (CEO de Ninatrans) a fait la rencontre d’Eric van de Poele. L’ancien pilote de F1 et quintuple vainqueur des 24 Heures de Francorchamps lance un système assez révolutionnaire au travers de sa société TECH’NC basée à Louvain-la-Neuve et a su convaincre Ninatrans de le tester.

Technologie de F1

La caution technique de TECH’NC est apportée par Bruno Fochesato, un motoriste français diplômé par Ferrari. Son système TECH’NC utilise de l’eau distillée pour créer un flux d’air humide qui est ionisé en passant dans un réacteur biochimique à 200°. « L’hydrogène ionisé ainsi créé est aspiré naturellement au moment de la combustion. Il a pour effet d’allonger le temps de combustion et d’augmenter la proportion du carburant qui est réellement brûlé, explique Eric van de Poele. De 35 %, on passe à 60 %, ce qui réduit également le volume de NOx et de particules produit. Nous sommes d’ailleurs en train de faire certifier cet aspect au CERT de Lyon. Et en plus, l’hydrogène est connu pour nettoyer le moteur. »

Parallèlement, la cartographie de l’injection est modifiée pour réduire le volume de carburant injecté. Après avoir testé des prototypes du système, Ninatrans a aujourd’hui 12 véhicules équipés, dont les derniers avec la version définitive.

Benny Smets : « Nous avons plutôt choisi des véhicules qui font du transport national, car ils font toujours le plein chez nous; ces véhicules font en moyenne 90.000 km par an, et nous n’avons encore connu aucun souci technique avec aucun des 12 systèmes TECH’NC ON BOARD installés. Et en matière de consommation, les résultats sont spectaculaires. Avec un 44 tonnes, nous sommes passés de 29,5 à 27,5 litres, et sur notre écocombi, nous sommes passés de 34,5 à 32 litres avec 60 tonnes.»

Des résultats auxquels Benny Smets ne croyait pas au départ, lui qui a déjà tant expérimenté pour réduire sa consommation. TECH’NC passe maintenant à la phase de commercialisation. Le système est proposé à l’achat ou en leasing à un prix tout à fait raisonnable et le point d’équilibre est atteint en théorie à partir de 5.600 km/mois. TECH’NC assure également le système contre tout dégât éventuel au moteur. Le système semble donc promis à un bel avenir auprès des flottes qui se chargent elles-mêmes de leur entretien et qui ne dépendent pas d’un buy-back. Car pour faire accepter le système par les importateurs, il faudra encore un peu de temps…

Article paru dans Truck&Business et écrit par Claude Yvens

Tech'NC

 

Rue Louis de Geer 6

1348 Louvain-La-Neuve

Belgique

+32 498 52 38 37

Mentions légales

Webdesign et développement, avec ♥, par Digitalix